[Portrait-robot] Le Français qui téléconsulte n’est pas celui que vous croyez !

Actualitésevent5 novembre 2020

Est-ce un homme ? Non. Est-ce un jeune adulte ? Non. Est-il hyper connecté ? Non plus…

Vous pensiez qu’au moins un de ces critères définissait le profil type recherché ? Pas exactement… Loin des clichés et idées reçues, découvrez les caractéristiques des Français qui téléconsultent en fonction de leur âge et laissez-vous surprendre par cet article !

1. La téléconsultation s’affranchit des clichés

Contrairement à certaines idées reçues, la téléconsultation n’est pas une solution plébiscitée et utilisée en majorité par les jeunes urbains hyperconnectés.

D’après l’étude réalisée par Maiia en partenariat avec CSA en mai 2020, le profil type du Français qui téléconsulte est en effet une femme de 40 ans qui réside en Ile-de-France et qui vit avec au moins un enfant de moins de 18 ans.

L’étude CSA, avec ce portrait-robot, nous apprend par ailleurs que la téléconsultation est plus utilisée par les plus de 50 ans que par les 18-24 ans (25,4% d’utilisateurs contre 16,3%).

Découvrez au travers de 4 tranches d’âges quelles sont les pratiques et usages de chacun.

2. Les 18-24 ans, adeptes de la téléconsultation immédiate

Représentant 16,3% des téléconsultations effectuées, ils sont la tranche d’âge ayant le moins recours à la téléconsultation. Dans 38,3% des cas, ils ont entendu parler de la téléconsultation grâce au bouche à oreille, et dans 34,6% des cas un professionnel de santé leur a recommandé l’usage de la téléconsultation.

Parmi ceux ayant téléconsulté au moins une fois au cours des 12 derniers mois, ils sont plus d’un quart à avoir téléconsulté plus de 3 fois.

A noter : près de 30% des 18-24 ans ont téléconsulté sans rendez-vous (consultation immédiate), ce qui fait écho à la raison principale pour laquelle ils optent pour la téléconsultation, à savoir la possibilité de consulter un professionnel de santé plus rapidement.

3. Les 25-34 ans, largement convaincus

Contrairement à leurs cadets, les 25-34 ans ont proportionnellement plus recours à la téléconsultation (25,6% d’entre eux y ont eu recours au cours des 12 derniers mois).

Deux raisons motivent en particulier les 25-34 ans à téléconsulter :

  1. être rassuré plus rapidement
  2. ne pas risquer de se faire contaminer par la Covid-19

Le gain de temps ne semble pas être un facteur principal (seulement 8,70% d’entre eux estiment qu’obtenir un RDV plus rapidement est une raison principale pour consulter à distance).

A noter : plus de deux tiers des 25-34 ans ayant téléconsulté ont l’intention de poursuivre cette pratique !

4. Les 35-49 ans, champions de la téléconsultation

Les « champions » de la téléconsultation ce sont eux : 1 Français sur 3 à avoir téléconsulté au cours des 12 derniers mois appartient à cette tranche d’âge, ce qui donne un âge moyen à 40,2 ans.

Et les « champions » sont en réalité des « championnes », puisque 61% des patients qui téléconsultent chez les 35-49 ans sont des femmes.

A noter : 38,1% des téléconsultations effectuées par les 35-49 ans ont été effectuées pour accompagner un de leurs enfants ou un autre membre du foyer.

Enfin, 62,5% d’entre eux aimeraient que leur médecin traitant ait recours à la téléconsultation.

5. Les +50 ans, plus connectés que la moyenne ?

La téléconsultation a du succès auprès des +50 ans, en effet ils sont plus de 25% à y avoir eu recours lors des 12 derniers mois soit près de 9% de plus que chez les 18-24 ans. Souvent décrite comme une solution qui nécessite d’être à l’aise avec le numérique, cette statistique en étonnera plus d’un.

Incités par leur médecin à recourir à cette pratique pour 45% d’entre eux, les +50 ans sont 76,9% à apprécier le fait de pouvoir renouveler une ordonnance à distance.

Qui a dit que les +50 n’étaient pas à l’aise avec les outils connectés et la e-santé ?

Si cet article s’intéresse aux disparités d’utilisation entre les générations, on retrouve certaines disparités au niveau géographique. Par exemple, l’Ile-de-France représente à elle seule 24% des téléconsultations, tandis que l’est représente 49% des téléconsultations et l’ouest seulement 27%.

Ces disparités s’expliquent-elles par des modes de vie et des cultures propres à chaque région ?

Maiia s’est intéressée à d’autres sujets comme les motifs de téléconsultation et les avantages liés à cette pratique. Pour en savoir plus c’est par ici.