Qu’est-ce que la kiné vestibulaire ?

Vertiges, trouble de l’oreille interne ou trouble de la vue font partie des symptômes du syndrome vestibulaire. Pour traiter ces symptômes, les kinés appliquent la kinésithérapie vestibulaire. On vous explique tout ce qu’il y a savoir sur ce type de rééducation.

Comment fonctionne le système vestibulaire ?

Gros plan sur le visage d'une femme, allongée, les yeux fermés. Un kiné lui masse la nuque et le front.

Avant de s’intéresser à la kiné vestibulaire et à ses différents soins, il faut dans un premier temps comprendre le fonctionnement du système vestibulaire et son rôle dans notre corps.

Situé dans l’oreille interne, le système vestibulaire est un organe sensoriel périphérique qui contribue à la sensation de mouvement et d’équilibre dans le corps humain. Ce sens de l’équilibre permet au corps de marcher et de courir correctement. Il permet également le maintien d’une posture normale de la tête et du corps et permet de stabiliser le champ visuel.

Syndrome vestibulaire : les différentes pathologies

Lorsque la fonction vestibulaire est endommagée, d’importants troubles de l’équilibre apparaissent et empêchent le patient de se déplacer correctement. Ce trouble de l’équilibre impacte aussi la vue, en causant des vertiges avec une impression de montée et de descente, un peu comme la sensation du mal de mer sur un bateau. Cet instabilité visuelle est appelée l’oscillopsie.

On compte trois principales pathologies liées au disfonctionnement du système vestibulaire :

  • La Labyrinthite

Aussi appelée otite interne ou névrite vestibulaire, cette pathologie correspond à l’inflammation du nerf vestibulaire. Cette inflammation se traduit par l’apparition de vertiges rotatoire, autrement dit cette impression de “tête qui tourne”, parfois accompagnée de nausées et vomissements. Il peut également avoir une perte auditive et des acouphènes.

  • La maladie de Ménière

Elle se caractérise par l’augmentation de la pression ou du volume de l’endolymphe au sein de l’oreille interne. Cette augmentation provoque des crises vertigineuses associées à des troubles de l’audition. L’intensité de ces crises peut être très élevée, jusqu’à empêché le patient de se tenir debout.

  • Le vertige paroxystique positionnel bénin (VPPB)

Son nom est impressionnant mais il est en réalité inoffensif. Il s’agit d’un vertige qui se manifeste lors d’un changement de position de la tête. Il peut durer entre 30 secondes et 1 minute et ce à chaque changement de position. Il peut aussi être accompagné de nausées ou de vomissements.

  • La cinétose ou le mal des transports

Dans le cas d’une cinétose, la kiné vestibulaire remet à niveaux les informations sensorielles perçues par la vue. L’objectif est d’aider le patient à ne pas craindre les mouvements des véhicules aux fréquences qui lui sont habituellement insupportables.

  • La dépendance visuelle

La kiné vestibulaire permet de vous apprendre à moins solliciter votre entrée visuelle dans les situations où la vue se trouve altérée. C’est à dire dans l’obscurité, dans la foule, devant les écrans et au bord de l’eau.

Kiné vestibulaire : comment se déroule une séance de rééducation ?

Lorsque vous êtes atteint d’une de ces pathologies ou que vous en avez des symptômes, il faut évidemment consulter un professionnel de santé, dont fait partie le kiné vestibulaire mais aussi les ORL et les neurologues.

Une séance de rééducation vestibulaire sera rythmée par plusieurs étapes selon votre pathologie et va exiger l’utilisation d’un matériel précis et indispensable pour le kiné.

Voici quelques exemples de matériel de rééducation et de leurs bienfaits :

  • Les lunettes vidéonystagmoscopiques

Derrière cette appellation compliquée se cache tout simplement une paire de lunettes reliées à un écran, un peu comme un casque de réalité virtuelle. Ces lunettes, équipées d’une caméra, permettent au kiné vestibulaire d’analyser les mouvements de l’œil qui témoignent d’une instabilité.

  • Le fauteuil rotatoire

Ce fauteuil va permettre d’évaluer les réflexes vestibulo-oculaires en effectuant des rotations. Le patient, assis sur le fauteuil va tourner sur lui-même pendant plusieurs secondes. Ce test permet d’affiner le diagnostique du kiné vestibulaire et de déterminer la nature du syndrome vestibulaire.

  • La plateforme de posturographie

Il s’agit d’une plateforme sur laquelle le patient va devoir se maintenir en équilibre et faire appel à ses sens, notamment la vue et l’ouïe, pour stimuler sa capacité à rester en équilibre.

En moyenne, une séance de kiné vestibulaire dure entre 15 et 30 minutes selon les pathologies et peut s’étendre sur 4 à 10 semaines selon les recommandations du kiné.

Si vous le désirez, n’hésitez pas à prendre RDV avec un kinésithérapeute.

Comment se sent on sent après une séance de kiné vestibulaire ?

Une fois la séance finie, il est possible que vous vous sentiez instables pendant quelques heures voire quelques jours. Dans les minutes qui suivent les soins, vous pouvez ressentir un déséquilibre majeur : c’est pourquoi le kiné doit vous faire patienter dans la salle d’attente pour s’assurer que votre état s’améliore.

Après la séance de kiné vestibulaire, le kiné conseille de faire attention à la position dans laquelle vous dormez pendant une à deux nuits. Il est aussi recommandé d’éviter certaines activités physiques ainsi que la conduite (étourdissements, vertiges positionnels, migraine…).

Chez environ 70 à 80% de patients, il est peu probable d’avoir à nouveau un VPPB. En cas de récidive voici quelques conseils :

  • Une récidive peut survenir des mois voire des années après le premier diagnostic, il est donc conseillé de vivre normalement
  • Il ne faut pas hésitez à faire des mouvements de tête pour éviter toutes tensions cervicales
  • En cas de nouveaux vertiges, ne cherchez pas à remettre les cristaux (présents dans l’oreille interne) par vous-même, consultez un kiné vestibulaire